Un spectacle haut en couleurs aux salines d’Ungwe

Les premiers cris et sifflements se firent entendre au-dessus des arbres, loin au-dessus de nos têtes. Frederik et moi nous sourîmes : les premiers perroquets étaient enfin arrivés. En silence, nous nous mîmes à fixer l’ouverture dans les arbres devant nous. Nous étions prêts pour le spectacle.

Il était 06h30 et nous étions assis au bord des salines d’Ungwe, à quelques heures de marche de la base de Nkuba. Les salines sont des clairières naturelles dans la forêt tropicale où de nombreux animaux se rassemblent pour boire et manger. Le sol de ces clairières, très humide et spongieux, est recouvert d’herbe et de mousses.

Il y a neuf salines dans la zone de conservation de Nkuba et elles constituent toutes des paradis pour la faune sauvage. Dans les salines viennent des hordes de Perroquets Gris le matin, des myriades de Pigeons Verts à Front Nus le soir et des Buffles Nains la nuit. Personne ne sait pas vraiment pourquoi tant d’animaux visitent les salines, mais nous supposons qu’ils viennent y consommer les minéraux, particulièrement le sel, présents dans sol, les plantes ou même l’eau des clairières.

En route pour Ungwe

J'adore les perroquets depuis que j'ai étudié les aras à front rouge en Bolivie. Alors naturellement, quand j'ai entendu dire qu'il était possible d'assister à un rassemblement de perroquets gris africains à Ungwe, Frederik et moi nous y sommes tous deux inscrits! Nous nous sommes levés à 4 h 30 le 16 décembre pour nous assurer d'être à l'heure à la pierre à lécher à proximité. Il était crucial que nous arrivions au point d'observation avant les perroquets pour nous assurer de ne pas leur faire peur.

Le Perroquet Gris, Gris du Gabon ou Jacquot (Psittacus erithacus) vit dans les forêts d'Afrique centrale. Il est facilement reconnaissable avec son plumage gris et sa queue rouge vif.

Lors de leurs visites aux salines, les perroquets suivent un rituel très particulier. Pour nous observateurs, c’est un peu comme assister à une chorégraphie soigneusement orchestrée. La représentation commence quand quelques perroquets viennent se percher sur les arbres entourant la saline. Là, ils entament un véritable concert de sifflements, roucoulements et cris stridents. Plus le concert gagne en intensité, plus il y a de perroquets qui arrivent de tous les côtés de la forêt immense et viennent se joindre aux premiers. Bientôt, Frederik et moi étions entourés par la musique.

Écoutez ici le choeur de Perroquets Gris aux salines d'Ungwe

Une demi-heure plus tard, le deuxième acte du spectacle commença. Quelques perroquets quittèrent leurs perchoirs pour voler au-dessus de la clairière. Au début, ils volaient trop hauts pour que nous ne distinguions plus qu’une forme grise. Peut-être veulent-ils être sûrs qu’il n’y a aucun prédateur sur le sol ? Nous ne le saurons jamais, mais, petit à petit, les oiseaux se rapprochaient du sol. Et soudain, sans prévenir, l’un d’entre eux se posa par terre. Comme s’il s’agissait d’un signal, tous les autres le rejoignirent. Nous n’en croyions pas nos yeux : il y avait des centaines de perroquets qui jouaient, criaient, buvaient et mangeaient dans la saline. Le ciel n’était que formes grises et éclairs rouges. L’air résonnait de leurs cris. Nous ne savions plus où regarder. C’était grandiose.

Bien sûr, nous aurions pu admirer ce spectacle pendant des heures. Mais nous devions encore manger puis regagner la base. À contre-coeur, nous sommes donc partis aussi silencieusement que possible et avons laissé les perroquets à leur petit-déjeuner.

La raison pour laquelle tant de perroquets – et autres animaux - se rassemblent dans les salines de Nkuba est toujours un mystère. L’eau est elle de meilleure qualité qu’ailleurs dans la forêt ? Y trouvent-ils des plantes particulières et délicieuses ? Avec l’aide de l’équipe du Dien Fossey Fund, Frederik et moi sommes impatients d’étudier la faune dans ces endroits si spéciaux. Afin de découvrir quelles espèces s’y rendent... et pourquoi.

Vous aimez les perroquets? Ne manquez pas notre article sur les magnifiques aras de Lafresnaye en Bolivie!

Vous pouvez nous suivre sur:

Commentaires 2

    1. Bedankt Lisette, aras komen alleen voor in Zuid Amerika en zijn te herkennen aan hun lange staart. De grijze roodstaart est dus wel een papegaai maar geen ara.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *