Challenges on the road to Nkuba

On paper travelling from Goma to Nkuba is relatively straightforward: you take the UN helicopter to Walikale and then drive two hours to Nkuba (as explained in our previous post). In reality, things didn’t go quite as planned.

Friday, December 11

  • 10:30 Half an hour before taking off and after having checked in 100 kilos of luggage, our flight to the town of Walikale is cancelled for unknown reasons.
  • 16:00 The UN informs us the next flight is Monday, we prepare for a weekend in Goma.
  • 21:00 Urbain (the Congo Program Director who will accompany us to Nkuba) calls us; the flight has been rescheduled to tomorrow, Saturday in the morning.

Saturday, December 12

  • 9:40 We arrive at an empty terminal, but eventually find someone to do the check-in.
  • 12:15 After half an hour delay, we can board the helicopter!
  • 13:20 We land on the football pitch of Walikale and are welcomed by a stadium full of people. When unloading the helicopter we notice that the field work material we planned to bring to Nkuba was not taken…
  • 13:30 We get a message from the Nkuba DFGF base; the road between Walikale and Nkuba is in such a bad condition that the car can’t make it through. Urbain comes up with a plan; look for a car that will take us as far as possible and rent moto taxis to pass the parts where cars can’t go, while the car from Nkuba waits for us on the other side. Only problem: where do we find an available car in Walikale?
  • 14:00 We start looking for a car.
  • 16:00 After several calls we find an available Land Cruiser which belongs to the USAID organization base of Walikale.
  • 16:02 After 100 meters on the road, the car comes to a stand still. The tank is empty. The driver gets out and starts walking on the road in search for fuel.
  • 17:00 The driver fills up the car and bystanders CPR the car back to life. On the road at last!
  • 17:45 We reach the impracticable part of the road. We load our luggage on local moto taxis and while we hear the first thunder rumbling far away above the forest, we jump on the bikes.
  • 18h30: night has fallen when we reach the Dian Fossey car. The bikes drove us of over roughly 15km of muddy roads full of holes.
  • 19:30 We reach the Nkuba Conservation Area where we are greeted with warm food. We made it!

En théorie, il est simple de se rendre au village de Nkuba depuis la ville de Goma. Il suffit de prendre un hélicoptère des Nations Unies jusqu’au village de Walikale puis de conduire deux heures sur une piste jusqu’au village de Nkuba et sa base scientifique de la fondation Dian Fossey. Mais la réalité du voyage est bien différente.

Vendredi 11 Décembre

  • 10h30: une demi-heure avant le décollage et après avoir enregistré péniblement plus de 100 kilos de bagages personnel, notre vol pour Walikale est annulé pour raisons inconnues. Nous rentrons à Goma.
  • 16h00: nous sommes informés par les Nations Unies que le vol est reporté à lundi. Nous défaisons les valises et nous préparons à passer le weekend en ville.
  • 21h00: Urbain, le directeur du programme Congo de la fondation Dian Fossey, nous appelle pour nous informer que le vol partira en fait demain matin. Nous refaisons nos valises.

Samedi 12 décembre

  • 09h40: nous arrivons au terminal des Nations Unies qui est totalement vide. Après plusieurs minutes, nous trouvons quelqu’un pour enregistrer nos bagages à nouveau.
  • 12h15: nous embarquons à bord de l’hélicoptère.
  • 13h20: nous atterrissons sur le terrain de football de Walikale, où nous sommes accueillis par un stade plein à craquer. Tout le village est venu assister à l’atterrissage de l’hélicoptère. Quelques minutes seulement après avoir débarqué, nous sommes entourés d’une horde d’enfants surexcités.
  • 13h30: nous recevons un message de nos nouveaux collègues basés à Nkuba. La route est en si piteux état que la voiture ne peut arriver jusqu’à nous. Heureusement, Urbain a un plan: nous allons tenter de trouver une voiture qui peut nous prendre, ainsi que nos bagages, jusqu’à la première ornière empêchant le passage de la voiture. Là, une flotte de taxis-moto nous attendra pour nous faire franchir la section dégradée de la route et rejoindre la voiture de Dian Fossey qui nous attendra de l’autre côté. Une vraie épopée dans ce coin du monde sans internet et presqu’aucun réseau téléphonique.
  • 14h00: nous nous mettons à la recherche d’une voiture.
  • 16h00: nous avons trouvé un véhicule! Malheureusement, 100 mètres après avoir pris la route, nous tombons en panne. Le réservoir est vide. Le chauffeur prend la route, à pied, à la recherche d’essence.
  • 17h00: le chauffeur et deux villageois arrivent à ressusciter notre voiture et nous pouvons enfin repartir!
  • 17h45: nous atteignons une première ornière gigantesque. Nous transférons les bagages sur les motos et, alors que nous entendons le premier coup de tonnerre au loin, nous enfourchons nos machines respectives.
  • 18h30: il fait déjà noir quand nous rejoignons enfin la voiture de la fondation. Nous avons parcouru 15 km de piste réduite à une succession de trous remplis de boue.
  • 19h30: victoire! Nous avons atteint la base de Nkuba! Il nous aura fallu presque 12 heures et nous sommes heureux de trouver un repas chaud qui nous attend dans la salle à manger.
You can follow us on:

2 Comments

  1. Quelle épopée !!
    Hate de vous lire à nouveau et heureuse de vous savoir heureux 😘

    T as l’air un chouia dépitée sur la photo 😋

    1. Merci beaucoup d’avoir lu l’article, j’ai hâte de pouvoir partager plus sur notre vie ici à Nkuba 😉 Et oui, j’étais un peu dépitée parce que franchement, nous étions crevés et ces ornières étaient gigantesques!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *